LA CARAVELLE

 

Nous sommes en1951. C'est le début de l’ère de l'aviation commerciale à réaction Le Secrétariat général à l'Aviation civile et commerciale propose aux constructeurs français un programme de réalisation d'un avion répondant aux grandes lignes : transporter à la vitesse de croisière moyenne de 650 km/h une charge marchande d'au moins 7 t sur une distance de 2 000 km. Le projet présenté par la SNCASE (plus tard Sud-Aviation) est retenu en octobre 1952 et la décision est notifiée en janvier 1953. Il se nomme X-210, c'est un triréacteur. Puis il devient le premier avion commercial moyen courrier à réaction biréacteur grâce à l'arrivée du moteur Rolls-Royce « Avon ». Les réacteurs sont placés à l'arrière du fuselage(brevet Sud-Aviation). Le monde aéronautique est sceptique face à ce nouvel avion à l'allure étrange qui s'appelle SE-210 « Caravelle ».

Dès février 1953, deux prototypes sont lancés en fabrication dans les usines de Toulouse, le 01 immatriculé F WHHH et le 02 (F-WHHI). Vingt-sept mois et demi plus tard (le 21 avril 1955), la Caravelle 01 quitte l'atelier pour passer aux essais en vol. Elle fait son premier roulage le 13 mai, et le 27 mai 1955 effectue son premier vol. L'équipage d'essai est composé de Pierre Nadot (commandant de bord) et André Moynet (copilote), Jean Avril (mécanicien) et Roger Béteille (ingénieur). Le vol durera 41 minutes. Ensuite 172 vols d'essais constructeurs et officiels suivront, représentant 411 h de vol. En parallèle, l'avion 02 participe aux vols de certification. Le 2 avril 1959, l'administration française délivre son Certificat de Navigabilité et, une semaine plus tard, les Américains en font de même. Les routes du monde sont ouvertes, sa carrière commerciale peut commencer. Au total 280 exemplaires de série ont été construits en neuf versions principales différentes (soit, avec 2 prototypes, un total de 282 appareils). Elles se nomment : I, I A, III, VI N, VI R, 10 B et 10 R Super Caravelle, 11 R et 12, la dernière née de la famille. Elle a été utilisée par 147 compagnies aériennes.

 

PERFORMANCES: (Caravelle 12) 

Mach maxi  0.77 
Altitude de croisière  25 000 ft (7620 ni)
Vitesse de croisière  825 Km/h 
Vitesse d'atterrissage  128 Kts (237 Kni/h) 
Altitude maxi  39 300 ft (12 000 m) 
Vitesse mini  95 Kts (176 Km/h) 

A l'initiative de la compagnie Air France, un vol technique et spectaculaire a été réalisé le 15 mars 1959 à bord de la Caravelle de type 1 (F-BHRA). Il consistait à relier Paris à Dijon (265 km à vol d'oiseau) en vol plané et a démontré les qualités de vol de cet avion et plus particulièrement sa finesse. L'équipage était composé des commandants Guibbert et Duguet et de M. Vergines (mécanicien navigant). Voici la chronologie des opérations :

• Décollage à 13 h 42 (Orly) au poids de 37,98 t (arrêt d'un moteur juste au décollage et remise en route à 100 m d'altitude) • Montée sur le triangle Paris-Dreux-Rennes • 14 h 46 : arrivée à la verticale de Paris à 13 200 m d'altitude au poids de 35,0 t, vitesse de 360 Kts, ce qui équivaut à 665 km/h, température - 47° C, le ciel est bleu • Descente à poussée nulle ("gaz plein réduit") • Taux de chute : 250 à 300 m/mn • A la verticale de Bray, couche nuageuse avec pluie et neige • 15 h 32 : passage sur le terrain de Dijon à l'altitude de 1600 m, soit Paris-Dijon en 46 mn (vitesse moyenne de 346 km/h).

Avec une finesse de 22 (distance parcourue/hauteur), la Caravelle se hisse au niveau des planeurs de haute performance d'après-guerre (1939). Ce vol fut très promotionnel et très remarqué dans le milieu aéronautique.

 

CABINE: (Caravelle 12)   
Hauteur  2,00 m
Volume maxi soutes à bagages  165 M3
Largeur  2,70 m
Longueur  26,40 m

 

Équipage  
Commandant de bord Pilote Mécanicien navigant   
Chef de cabine   
2 Hôtesses (ou 2 Stewards)  
Nombre maxi de passagers  139 

 

 

Les caractéristiques techniques de la Caravelle

Vous retrouverez un la 218e Caravelle  dans notre musée

sommaire

Avion suivant